Beau vol cross de groupe pour une exploration de l’Ouest des Ecrins

Cliquez ici pour + d’images   >>>>>>>>>>   Les Richards – Hautes Alpes

Du Sud significatif annonçé pour ce vendredi 27 Mai nous a conduit à caresser le projet de se lancer à la conquête d’une nouvelle voie (pour nous*) au départ des « Richards » ( prés d’Orcieres Merlette).  Avec ce genre de perspective, peu de difficultés à se lever aux aurores (5h45) pour pouvoir traverser Grenoble avant les bouchons matinaux. RV 6h15 chez Babou St Priest, ça circule bien…pas encore de barrage CGT en vue non plus…, nous rejoignons nos compères en route et laissons une voiture à Vizille pour anticiper la récup du soir. Aprés 2 h.de route Napoléon, Nous atteignons le déco ou, Dieu soit loué, quelques autres fadas nous rassurent sur le fait que le site du jour n’est pas un mauvais choix, voire même porteur de promesse. Un biplace aguerri (philippe Siccardi) fait fusible vers 11h30, il faut y aller et le marquer à la culotte car le parcours, « facile » à l’écran sur Google earth, doit bien nous réserver quelques surprises…. on se jette en meute ( 8 pilotes tout au plus !) et là une séance « spaghettis » commence par nous essorer…200km. de bagnole pour un risque de plouf…. on prend quelques sueurs froides avant de s’extraire de ce fichu bocal… ensuite ça monte bien, aérologie saine mais vive appréhension de l’inconnu et angoisse du vent avec qui nous ne faisons pas bon ménage comme chacun sait. On enquille « groupir » les quelques transitions obligatoires pour rejoindre nos contrées Nordiques. Les plafonds sont généreux: 2800m. mais bienvenus notamment pour traverser l’entrée du Valgaudemar. Le compteur affiche des pointes à 70kmh. ciel ! sans s’en rendre compte nous filons donc allégrement sans mauvaise surprise d’arête sous le vent par ex.  Yvon, en éclaireur, nous signale une station de ski sans remontées mécaniques…. Normal ! c’est le sanctuaire de Notre Dame de la Salette, les remontées n’y sont que divines…sauf pour Yvon qui s’y enlise, passe tout juste la crête du mont Gargas, et va se vacher « de profundis » derriere dans la vallée du Valjouffray … Jean luc y accourt, récite un chapelet et se fait satelliser à 2800m. Patrick et moi sommes transportés dans les nuées à 3200m. mais toujours pas d’ange « gardien » en vue, seulement la splendeur de la création avec un aigle et les faces ouest bien enneigées de ce massif des Ecrins. Banzai, on transite vers le Coiro. « in shalah », on reste suspendu en l’air à 65kmh aspirés par quelques micro cumulus dérivants. Ensuite, c’est du parcours déjà défriché, en tout cas pour moi, on respire mieux mais il y a encore du chemin à faire. Le leadership change toutes les 15mn. l’un ou l’autre pilote soit se perdant dans une combe anémiée, soit se faisant aspirer dans une généreuse colonne divine. Reprise sur le Taillefer, Patrick, terrorisé par l’hostilité de la vallée des gorges de la Romanche, fait une grande « laisse de chien » vers l’ouest pour aller chercher Belledonne par le « petit bout ». Nous le suivons, et nous sacrifions, par charité chrétienne, sur l’autel de la solidarité….. Hélas, plus un brin de thermique sur ces forêts sombres de Chamrousse, normal il n’est que 15h30… c’est orienté Nord ouest , la restitution , c’est pour plus tard ! Nous allons donc sagement nous vacher dans les charmants paturâges de St Nizier les Uriage…. bien contents quand même de notre exploit. 66km., bon d’accord, rien d’exceptionnel mais ce n’était pas de la crête à mouettes et côté Soaring c’était pas vraiment cela non plus. La CFD nous confirmera plus tard que notre performance du jour ne fut pas ridicule.

Ensuite, le périple continue car faut aller récupérer la bagnole….un peu de stop , nous laissons donc 2 compères en cure « therm. »à Uriage (au demeurant: plus de houblon fermenté que d’eau de source,)  pendant 3h ! nous les retrouvons bien allumés et affamés vers 20h30. Dîner de débriefing sur place, ou, ennivrés de la journée, les débats politiques , spirituels, techniques s’enflamment…..vive la liberté !

Retour tard, trés tard sur le parking de Babou ou une autre faune sévit….pacifiquement.

Encore une fabuleuse journée de « vétérans », pleins de compassions pour les actifs salariés cloués à la mine. Rassurez vous ,ça viendra, c’est le sens de l’histoire, il y a beaucoup à faire aprés la vie professionnelle…en espérant donc que ce récit motive plus qu’il ne frustre.

Les Dalton….

* Jean Luc Lepetit, Patrick Sandier, Yvon Exbrayat et Géry Descamps.

vers ND la Salette

 

 

lac du Sautet sur fond d'Obiou

Coiro et l'oisans

 

transition du Valgaudemar

 

2016-05-27 14.22.17

 

posé St Martin Uriage

 

6 Commentaires

  1. 29 mai 2016    

    Merci pour ce beau récit ! Colin

  2. 29 mai 2016    

    Très bien ton récit Géry !
    Tu as juste oublié la bavette de cochon ibérique !!!!!

  3. 30 mai 2016    

    si nous sommes les daltons, une chose est sure/ Gery à la taille d’ AVRELL …………………..

  4. 1 juin 2016    

    Belle prose Gery, je tâche de compléter rapidement avec mes images.
    Il faudra placer ça sur ce foutu site de manière accessible pour le plus grand nombre.

  5. 3 juin 2016    

    Pas mal le récit de cette journée …

  6. 15 juin 2016    

    merci Géry
    on se régale à te lire
    j’ai enfin trouver le truc pour entrer sur ce lien (.l’horloge toute petite en haut du bandeau noir sur la page principale !!!)

Laisser un commentaire

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Calendrier

Rien de 14 septembre 2019 à 14 octobre 2019.

Archives

Portfolio